Qualité de l'orge brassicole de l'Ouest canadien - 2015

Sommaire

On estime la production globale d'orge dans l'Ouest canadien à 7 786 000 tonnes en 2015, soit une augmentation d'environ 16  % par rapport à 2014. Ce gain est attribuable à la hausse de 12 % de la superficie ensemencée par rapport à l’année précédente.

Les conditions sèches et chaudes au début du printemps ont favorisé des semis relativement hâtifs. Au cours de la saison de croissance, les températures moyennes ont varié de moyennes à supérieures à la normale tandis que les précipitations ont été inférieures à la normale jusqu’à la fin de juillet, notamment en Alberta et dans l’ouest de la Saskatchewan. Or, les précipitations excessives d’août et de septembre ont causé des dommages aux champs et créé des conditions propices à la germination sur pied et un déclassement d’une grande partie de la récolte, limitant ainsi les volumes d’orge aptes au maltage.

Le Laboratoire de recherches sur les grains et le Centre technique canadien pour l'orge brassicole ont mené l'enquête sur la récolte d'orge de 2015 en se basant sur des échantillons composites de variétés distinctes d’orge qui représentent les 1 112 000 tonnes d'orge de l'Ouest canadien qui ont été sélectionnées pour le maltage par les sociétés de manutention des grains et les malteries.

Dans l'ensemble, la qualité de l'orge brassicole sélectionnée en 2015 était moyenne. Le poids de 1000 grains et le caractère ventru des grains étaient supérieurs à la moyenne. La teneur en protéines était plus élevée qu'en 2014. Le taux de germination était adéquat, malgré une certaine sensibilité des grains à l’eau. Les résultats d’analyse rapide de la viscosité témoignent d’une incidence élevée de germination sur pied.

Les quantités d’extraits de malt obtenu à partir de l’orge 2015 avoisinent les moyennes à long terme alors que l'activité enzymatique est supérieure à la moyenne. Les teneurs en bêta-glucanes du moût sont très faibles, mais les teneurs en protéines solubles et en azote aminé libre sont supérieures à la moyenne, de même que les données colorimétriques. Il pourrait être un peu plus difficile d'obtenir un malt de bonne qualité avec l'orge de 2015, mais cela demeure réalisable à l’aide d’une sélection judicieuse et d’une conduite habile de la transformation en temps opportun.