Recherche sur la technologie

Identification des variétés

Activités de surveillance et de recherche en matière d’identification des variétés

Les plaques OpenArray sont placées dans un appareil en vue de l’analyse d’identification des variétés.

L’ADN extrait de grains de blé est transféré sur des plaques OpenArray en vue de l’analyse d’identification. On peut analyser en même temps jusqu’à quatre plaques contenant les échantillons d’ADN de 384 grains de blé.

Nous surveillons les expéditions de blé destinées à l’exportation afin de détecter la présence de blé d’autres classes ou de variétés non admissibles, car ceux-ci pourraient miner la qualité et poser des problèmes aux utilisateurs finaux.

Nous évaluons également les cargaisons d’orge brassicole afin d’en certifier la pureté variétale.

Nos analyses d’identification et de composition variétales étayent d’autres travaux de recherche, dont le Programme d’échantillons de récolte annuel, et appuient les services d’inspection des grains de la Commission canadienne des grains.

Nous avons recours à des technologies avancées qui nous permettent d’examiner les différences dans les séquences d’ADN que l’on retrouve parmi les variétés.

Notre pertinence pour le secteur des grains

La surveillance de la composition variétale des cargaisons destinées à l’exportation est essentielle à l’assurance de la qualité des grains. Au moment de la suppression du critère de distinction visuelle des grains pour l’enregistrement de nouvelles variétés en 2008, l’industrie a instauré un système de déclaration visant le blé de l’Ouest canadien, et la Commission canadienne des grains a intensifié ses activités de surveillance variétale afin de préserver la réputation du blé canadien pour ce qui est de sa qualité constante.

Nous concevons continuellement de nouvelles méthodes et explorons de nouvelles technologies d’identification variétale. Nous utilisons les méthodes que nous élaborons dans le cadre de nos propres activités et nous les proposons à d’autres laboratoires d’analyse des semences et des grains.

Gestionnaire de programme

Daniel Perry, Ph. D.

Voir l’information sur l’expertise, les affiliations et les coordonnées de Daniel Perry.

Substances organiques et éléments à l’état de trace

Substances organiques et éléments à l’état de trace

o	Système de digestion à micro-ondes UltraWAVE

Échantillons de grain digérés à l’aide d’un système de digestion à micro-ondes UltraWAVE en vue de l’analyse des éléments à l’état de trace.

Nos activités de recherche et de surveillance portent sur la présence de pesticides, de mycotoxines, de biomarqueurs fongiques et d’autres éléments (dont les métaux lourds) dans les grains. Nous élaborons, choisissons et validons des méthodes d’analyse. Nous surveillons par ailleurs la composition variétale des échantillons provenant du Programme d’échantillons de récolte et des expéditions de grain destinées à l’exportation. Nos travaux de recherche se concentrent sur la façon dont des facteurs comme l’échantillonnage, la transformation, les pratiques agronomiques et les conditions environnementales agissent sur la présence de pesticides, de mycotoxines, de métaux lourds et d’autres éléments et de biomarqueurs fongiques (dont l’ergostérol) dans les grains.

Notre pertinence pour le secteur des grains

Nos travaux appuient directement de nombreuses activités de la Commission canadienne des grains et aident l’industrie canadienne des grains à traiter de certaines questions liées à la salubrité des grains.

Grâce à la surveillance des cargaisons, nous générons des données servant à étayer les énoncés d’assurance. Ces énoncés donnent aux pays exportateurs et importateurs une assurance en matière de salubrité des grains canadiens fondée sur la science.

Dans le cadre du Programme d’échantillons de récolte, notre recherche fournit une base scientifique justifiant un nombre de facteurs de classement, notamment les grains fusariés et l’ergot. Notre programme vise également à surveiller la façon dont les seuils de tolérance pour chacun des facteurs de classement permettent de gérer la présence de mycotoxines dans le grain canadien.

Par la surveillance et la recherche, nous pouvons examiner les tendances liées à la présence de pesticides, de mycotoxines, d’éléments traces et de métaux lourds dans les grains au fil du temps et dans diverses régions géographiques. En analysant les grains soupçonnés d’être contaminés, la Commission canadienne des grains et les compagnies céréalières privées peuvent détecter le grain contaminé et prévenir son entrée dans le réseau de manutention des grains.

Gestionnaire de programme

Sheryl Tittlemier, Ph. D.

Voir l’information sur l’expertise, les affiliations et les coordonnées de Sheryl Tittlemier.

Microbiologie

Microbiologie

Micro-organismes infectant les grains de blé après incubation.

Croissance de micro-organismes infectant des grains de blé sélectionnés sur une plaque de gélose.

Nos activités de recherche et de surveillance portent sur les micro-organismes de quarantaine ainsi que sur les microorganismes pathogènes et toxigènes, comme les moisissures et les bactéries, associés au grain canadien et aux produits à base de grain canadien. Dans le cadre de notre programme, nous élaborons de nouveaux outils et utilisons de nouvelles technologies servant à la détection, à l’identification et à la caractérisation de ces micro-organismes.

Nous avons recours à des méthodes nouvellement mises au point et validées afin d’étudier comment les pratiques agronomiques, les conditions environnementales et la transformation influencent les communautés microbiennes naturellement associées aux cultures et aux produits céréaliers.

Notre pertinence pour le secteur des grains

Le Guide officiel du classement des grains présente les facteurs pouvant avoir une incidence directe ou indirecte sur la qualité et la salubrité des grains du Canada. Notre programme appuie le maintien et la mise à jour des facteurs de classement et des seuils de tolérance liés aux microorganismes, dont l’ergot, les grains fusariés, le mildiou, la carie et la sclérotiniose.

Nous réalisons également une enquête annuelle sur le Fusarium à partir des échantillons qui nous sont envoyés par les producteurs dans le cadre du Programme d’échantillons de récolte. Cette enquête permet de surveiller la présence et la fréquence d’apparition des espèces et des populations de Fusarium liées à la fusariose de l’épi causée par le Fusarium dans l’Est et dans l’Ouest du Canada. Les données de cette enquête offrent aux producteurs, aux manutentionnaires et aux autres joueurs de l’industrie des grains des renseignements pertinents pour limiter les risques de la fusariose de l’épi causée par le Fusarium au sein des exploitations agricoles et dans la chaîne d’approvisionnement du grain.

Par ailleurs, notre programme contrôle et assure une surveillance des micro-organismes de quarantaine, ainsi que des micro-organismes pathogènes et toxigènes dans le grain destiné à l’exportation. Nos activités permettent de recueillir des données de base et des données de surveillance à l’appui des documents officiels nécessaires aux exportations de grain, en plus d’assurer l’accès aux marchés et la salubrité des grains.

Gestionnaire de programme

Tom Gräfenhan, Ph. D.

Voir l’information sur l’expertise, les affiliations et les coordonnées de Tom Gräfenhan.

Biotechnologie

Recherche sur la biotechnologie des grains

Placer les échantillons d'ADN dans l’appareil de chaîne de la polymérase (PCR) en temps réel.

L'analyse des organismes génétiquement modifiés (OGM) est effectuée à l'aide de méthodes comme la réaction en chaîne de la polymérase (PCR) en temps réel.

Dans le cadre de notre programme, nous élaborons et évaluons des méthodes fondées sur l’ADN utilisées pour la détermination quantitative des organismes génétiquement modifiés dans les grains et les oléagineux. Nous examinons également des méthodes fondées sur les protéines afin de déterminer si elles sont adaptées à la détection d’organismes génétiquement modifiés (OGM).

De plus, notre laboratoire est agréé conformément à la norme ISO-17025 pour effectuer des essais sur les OGM à l’aide de méthodes comme la réaction en chaîne de la polymérase (PCR) en temps réel. La PCR est utilisée pour amplifier, c’est-à-dire reproduire, la séquence d’ADN d’un

Notre pertinence pour le secteur des grains

De nombreux pays exigent que les produits céréaliers et alimentaires contenant des éléments génétiquement modifiés soient étiquetés comme tels. De plus, de nombreux pays importateurs ont instauré des seuils de tolérance établissant la quantité d’éléments génétiquement modifiés pouvant être présents dans les expéditions de produits non génétiquement modifiés. Plusieurs pays importateurs de céréales canadiennes, dont l’Union européenne, effectuent systématiquement des essais destinés à détecter la présence d’OGM non autorisés.

En 2009, nous avons réussi à mettre en oeuvre une méthode de détection de la variété CDC Triffid, variété de lin génétiquement modifié. Notre méthode respectait les protocoles élaborés par le gouvernement du Canada, l’Union européenne et le Japon.

Gestionnaire de programme

Tigst Demeke, Ph. D.

Voir l’information sur l’expertise, les affiliations et les coordonnées de Tigst Demeke.

Date de modification :