Propositions visant l’agrément des installations de chargement de wagons de producteurs, des mandataires et des provenderies

Fin de la période de commentaires

Période de consultation : Du 19 avril au 31 août 2016

Commentaires des intervenants

Document de consultation

La période de commentaires est terminée. Le document est fourni à titre de référence seulement.

1. Introduction

La Commission canadienne des grains examine les exemptions de l’obligation d’obtenir une licence et propose l’agrément des installations de chargement de wagons de producteurs, des mandataires agissant pour le compte de compagnies agréées et des provenderies.

2. But du document de consultation

Le document de consultation se divise en trois parties correspondant au type d’exemption de l’obligation d’obtenir une licence :

Le présent document vise à :

  • informer les intervenants que nous proposons d’obliger les installations de chargement de wagons de producteurs, les mandataires et les provenderies à obtenir une licence;
  • expliquer les motifs de la présente proposition et les renseignements pertinents;
  • décrire la façon de participer au processus de consultation;
  • vous offrir la possibilité de formuler des commentaires sur la proposition et la démarche que nous recommandons;
  • indiquer comment transmettre des commentaires et de quelle manière ils pourraient être utilisés;
  • fournir de l’information sur les prochaines étapes.

3. Présentation de commentaires

Votre avis est important pour nous. Vous pouvez formuler des commentaires sur l’ensemble ou une partie du présent document de consultation. Vous n’avez qu’à formuler des commentaires sur les questions qui vous concernent. Si vous choisissez de donner votre avis sur plus d’une partie du document, veuillez séparer vos commentaires selon les volets pertinents.

Nous voulons connaître vos opinions sur les sujets suivants :

  • Les propositions visant l’agrément des installations de chargement de wagons de producteurs, des mandataires et des provenderies, tel qu’il est indiqué dans le présent document.
  • Les exigences en matière de licence pour les installations de chargement de wagons de producteurs, les mandataires et les provenderies. Plus particulièrement, nous aimerions connaître votre avis sur la protection des paiements aux producteurs et toute autre exigence nouvelle ou actuelle dans le cadre des propositions figurant dans le présent document. Vous trouverez une liste des exigences actuelles en matière de licence à l’annexe B.
  • Le maintien des exemptions de l’obligation d’obtenir une licence accordée aux petites provenderies à la ferme qui ne seraient pas agréées en raison du volume de grain acheté des producteurs.
  • Est-ce que 5 000 tonnes constitue un seuil approprié pour exempter les petites provenderies à la ferme de l’obligation d’obtenir une licence? Si vous êtes d’avis que ce seuil est inapproprié, veuillez suggérer un seuil et justifier votre choix.
  • Tout autre renseignement que vous jugez pertinent.

Lorsque vous formulez des commentaires, veuillez tenir compte des questions suivantes :

  • Quelles exigences en matière de licence devraient être imposées aux mandataires, aux installations de chargement de wagons de producteurs ou aux provenderies?
  • Quelles seraient les incidences de la proposition sur vos intérêts ou sur ceux de l’organisation que vous représentez?
  • Aimeriez-vous proposer une autre démarche à laquelle nous n’avons pas pensé?

Comment soumettre vos commentaires

Vous pouvez envoyer vos commentaires par courriel, à l’adresse suivante : discussions@grainscanada.gc.ca.

Vous pouvez aussi envoyer vos commentaires par la poste à l’adresse ci-dessous.

Consultation
Commission canadienne des grains
303, rue Main, pièce 600
Winnipeg (Manitoba) R3C 3G8

La date de clôture de la période de consultation est reportée du 3 juin au 31 août 2016.

Vos commentaires doivent nous parvenir au plus tard le 31 août 2016, à minuit. Vous pouvez soumettre vos commentaires en français ou en anglais.

Veuillez inclure les renseignements suivants lorsque vous envoyez vos commentaires :

  • Votre organisation (le cas échéant);
  • Votre nom complet;
  • Votre numéro de téléphone;
  • Votre adresse postale complète ou votre adresse de courriel.

Le présent document est également affiché sur notre site Web et sur le site Web Consultations auprès des Canadiens. Si vous avez des questions, veuillez nous envoyer un courriel à discussions@grainscanada.gc.ca.

Nous vous remercions à l’avance de votre collaboration. Nous accuserons réception de vos commentaires écrits.

Comment vos commentaires seront utilisés

La Commission canadienne des grains examinera vos commentaires tout en tenant compte :

  • des avis reçus d’autres intervenants sur le même sujet;
  • des incidences juridiques ou politiques de vos propositions, le cas échéant;
  • du coût rattaché à vos propositions, ainsi que de la source de financement, le cas échéant;
  • de la conformité avec les politiques et priorités globales du gouvernement du Canada.

Nous tenons à mener un processus ouvert et transparent. Vos commentaires seront résumés dans un rapport; ils ne peuvent pas être jugés comme étant de nature confidentielle. Cependant, si vous présentez des commentaires à titre individuel et non en tant que représentant d’une compagnie, d’un groupe ou d’une organisation, votre nom sera protégé conformément à la Loi sur l’accès à l’information et à la Loi sur la protection des renseignements personnels.

4. Prochaines étapes

Nous nous servirons des commentaires des intervenants pour éclairer le processus décisionnel, ce qui pourrait comprendre d’autres consultations ou une proposition ou les deux, en vue de modifier le Règlement sur les grains du Canada ou de déterminer qu’aucune autre mesure ne s’impose. Nous informerons les intervenants de tout changement proposé au Règlement sur les grains du Canada. Si tel est le cas, vous aurez l’occasion de formuler d’autres commentaires sur le projet de règlement en réalisant une présentation dans le cadre d’une publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada.

Les modifications pourraient être envisagées dès le 1er août 2017. Nous communiquerons avec les compagnies concernées pour leur fournir les renseignements concernant l’obtention d’une licence ou d’une exemption.

Partie 1 : Exemption de l’obligation d’obtenir une licence accordée aux installations de chargement de wagons de producteurs

Contexte

L'annexe A donne un aperçu du programme d'agrément.

Historique des exemptions

Une installation de chargement de wagons de producteurs est une exploitation où les producteurs peuvent charger leur grain, ou le faire charger par autrui pour leur compte, dans des wagons attribués par la Commission canadienne des grains et acheminés par la compagnie ferroviaire à un silo terminal, à un silo de transformation ou à un consignataire de leur choix.

Les installations de chargement de wagons de producteurs correspondent à la définition d’un silo primaire tel qu’il est énoncé dans la Loi sur les grains du Canada. Il s’agit d’un « silo destiné principalement à recevoir du grain, directement des producteurs, pour stockage ou expédition, ou les deux ». Depuis 2002, nous accordons aux installations de chargement de wagons de producteurs, par arrêté annuel, une exemption de l’obligation d’obtenir une licence d’exploitation d’un silo primaire en vertu de l’article 117 de la Loi sur les grains du Canada. Les exemptions indiquent qu’une licence n’est pas nécessaire pour assurer le maintien de la qualité, de la bonne garde et de l’efficacité de la manutention des grains.

De novembre 2001 à février 2002, nous avons mené des consultations publiques en vue de déterminer si les installations de chargement de wagons de producteurs devaient être réglementées et de quelle façon.

La Commission canadienne des grains a alors déterminé qu’elle continuerait d’exempter les installations de chargement de wagons de producteurs de l’obligation d’obtenir une licence étant donné que cela ne compromettait pas le système d’assurance de la qualité des grains du Canada pour les raisons suivantes :

  • nous avons procédé à l’inspection et à la pesée du grain déchargé de chaque wagon de producteurs aux ports, ce qui permettrait la détection de grain avarié;
  • les dispositions de la Loi sur les grains du Canada nous permettent d’interdire le transport ferroviaire de grain infesté.

Afin de veiller à ne pas compromettre le système d’assurance de la qualité des grains, nous avons imposé les conditions suivantes que doit respecter chaque installation de chargement de wagons de producteurs exemptée de l’obligation d’obtenir une licence. Selon l’arrêté d’exemption :

  • au nom des producteurs, l’installation est responsable seulement de la manutention du grain qui sera chargé dans les wagons de producteurs;
  • l’installation doit en tout temps afficher un avis informant les producteurs qu’elle ne détient pas de licence en vertu de la Loi sur les grains du Canada, et que la Commission canadienne des grains ne participera pas aux différends entre les producteurs et l’installation sauf pour ceux qui pourraient survenir dans les ports;
  • l’installation ne doit ni acheter ni vendre du grain;
  • l’installation doit donner accès à ses dossiers à la Commission canadienne des grains.

Au fil des ans, nous avons modifié la première condition de l’exemption de l’obligation d’obtenir une licence accordée aux installations de chargement de wagons de producteurs. Les installations de chargement de wagons de producteurs peuvent ainsi utiliser des wagons loués (des wagons ferroviaires appartenant à des entreprises privées). Ces wagons sont assujettis à toutes les règles et procédures régissant l’attribution de wagons aux producteurs.

Changements apportés à l’industrie céréalière ayant une incidence sur les installations de chargement de wagons de producteurs

Les changements suivants ont entraîné la révision des exemptions de l’obligation d’obtenir une licence accordée aux installations de chargement de wagons de producteurs :

  • Il y a une hausse du volume des livraisons de producteurs aux installations de chargement de wagons de producteurs, et les installations de chargement par des compagnies céréalières ont désormais accès à la location de wagons aux installations de chargement pour l’expédition du grain. Le recours accru aux installations met en lumière les lacunes suivantes sur le plan de la surveillance des grains :
    • La Commission canadienne des grains n’est pas actuellement en mesure de saisir des données à partir des installations de chargement de wagons de producteurs. Cela entraîne une interruption des données publiées dans les rapports statistiques qui font état du mouvement des grains au Canada.
    • Le traitement des producteurs varie d’une installation de chargement de wagons de producteurs à l’autre, tandis qu’il est uniforme pour tous les silos agréés. La Commission canadienne des grains assure la surveillance de l’équipement de pesée aux silos agréés, et les producteurs reçoivent toujours des documents de livraison qui se rapportent au type et au poids du grain.
    • La Commission canadienne des grains n’aborde pas les différends entre les producteurs et les représentants des installations de chargement de wagons de producteurs de la même manière que ceux qui touchent les silos agréés. Les producteurs qui livrent leur grain aux compagnies agréées peuvent avoir recours à la Commission canadienne des grains pour l’arbitrage des différends; ce n’est pas le cas lorsqu’ils font affaire avec des compagnies non agréées comme des installations de chargement de wagons de producteurs.
  • Nous n’avons pas accès à tous les lieux où les producteurs livrent leur grain. Les installations de chargement de wagons de producteurs constituent une lacune sur le plan de la surveillance en ce qui concerne le processus de manutention du grain. Cela présente un danger pour le système d’assurance de la qualité des grains en ce qui a trait à la salubrité.

Proposition présentée aux intervenants aux fins de commentaires

Approche

Nous proposons d’agréer les installations de chargement de wagons de producteurs en mettant fin aux exemptions par arrêté annuel. Une fois agréées, les installations de chargement de wagons seraient assujetties aux exigences relatives au fonctionnement et à l’établissement de rapports auxquelles doivent actuellement se soumettre les silos primaires agréés, à quelques exceptions près. Afin de gérer ces exigences, nous proposons la création par règlement d’une sous-catégorie de licence dans la catégorie des silos primaires, ainsi que de toute nouvelle exigence propre aux installations de chargement de wagons de producteurs.

Exigences en matière de licence proposées

L’annexe B présente une liste des exigences actuelles en matière de licence. La Commission canadienne des grains propose que les installations de chargement de wagons de producteurs soient visées par le processus normalisé d’octroi de licences, à l’exception de ce qui suit.

Les exploitants d’installations de chargement de wagons de producteurs agréées n’auraient pas à :

  • déposer une garantie (p. ex. un cautionnement, une lettre de crédit, ou un contrat d’assurance des comptes créditeurs) d’un montant déterminé par la Commission canadienne des grains pour couvrir les dettes admissibles impayées envers les producteurs;
  • soumettre le Rapport mensuel sur le passif du titulaire de licence envers les producteurs;
  • émettre des reçus aux producteurs au moment où ils livrent leur grain (récépissés et bons de paiement);
  • respecter les demandes présentées par les producteurs pour obtenir une décision exécutoire de la Commission canadienne des grains concernant le grade et les impuretés;
  • présenter des états financiers annuels.

Ces nouvelles modalités en matière d’agrément seraient imposées :

  • l’installation délivrera un document visant à consigner la livraison du grain selon le type et le poids du grain sous une forme acceptable pour la Commission canadienne des grains;
  • l’installation s’occupera seulement de la manutention du grain réceptionné à expédier à bord d’un wagon;
  • l’installation n’effectuera pas de négociations en grains;
  • l’installation n’achètera pas de grain des producteurs.

La Commission canadienne des grains n’a pas besoin d’une nouvelle autorité pour l’octroi de licences aux installations de chargement de wagons de producteurs. Elle propose l’établissement par règlement d’une sous-catégorie de licence aux termes de l’article 43 de la Loi sur les grains du Canada afin de distinguer ces installations des titulaires actuels d’une licence d’exploitation d’un silo primaire. La sous-catégorie de licence n’est pas essentielle pour les installations de chargement de wagons de producteurs. Cependant, nous proposons d’indiquer clairement aux producteurs et aux intervenants de l’industrie céréalière qu’aucune protection des paiements aux producteurs n’est offerte dans ces installations, car elles n’achètent pas de grain des producteurs.

L’établissement d’une sous-catégorie de licence permettrait de préciser aux intervenants qu’une installation de chargement de wagons de producteurs est distincte d’un silo primaire étant donné que le titulaire de licence n’a pas besoin de fournir une garantie à la Commission canadienne des grains. Par conséquent, aucune garantie de paiement n’est offerte aux producteurs.

Justification du retrait de l’exemption

La Commission canadienne des grains a déterminé que le fait de continuer d’exempter les installations de chargement de wagons de producteurs pose un risque accru. Par conséquent, elle doit prendre des mesures pour corriger les lacunes dans la surveillance réglementaire. Les exemptions accordées aux installations de chargement de wagons de producteurs au moyen d’arrêtés pourraient avoir des conséquences néfastes sur le système d’assurance de la qualité des grains et la protection des producteurs.

Nous proposons d’agréer les installations de chargement de wagons de producteurs en vue de corriger les lacunes suivantes dans la surveillance réglementaire :

  • La collecte de renseignements sur la manutention du grain de ces installations à des fins de publication dans nos rapports statistiques. À l’heure actuelle, nous ne disposons pas de données relatives aux installations de chargement de wagons de producteurs permettant d’alimenter les rapports statistiques. Dans les publications Statistiques hebdomadaires sur les grains et Livraisons de grains aux points de collecte des prairies, les livraisons de grain des producteurs aux installations de chargement de wagons de producteurs et les données sur les livraisons et les expéditions de grain par les producteurs sont estimées en fonction du nombre de wagons attribués, multiplié par le poids moyen du grain déchargé des wagons au cours de la campagne agricole précédente. Nous voulons obtenir des données précises afin d’avoir une meilleure vue d’ensemble des grains qui passent par ces installations.
  • L’accès aux installations de chargement de wagons de producteurs à des fins de salubrité des grains. Cela comprend la collecte d’échantillons et la capacité de prendre les mesures, lorsque cela s’avère nécessaire, pour atténuer les problèmes pouvant survenir. Voici un exemple : l’émission d’un arrêté visant la conformité à une exigence concernant le traitement d’une infestation ou la détection de semences traitées dans le but de résoudre le problème.
  • L’équipement de pesée des installations de chargement de wagons de producteurs qui disposent de cet équipement sur les lieux est conforme aux exigences de Mesures Canada. L’entretien de l’équipement de pesée est essentiel pour que la consignation du poids des livraisons soit uniforme, peu importe l’endroit où le grain est livré.
  • L’accès à l’arbitrage des différends pour les producteurs, pour la résolution d’un différend relatif au poids d’une livraison par exemple.

Partie 2 : Exemption de l’obligation d’obtenir une licence accordée aux mandataires

Contexte

L'annexe A donne un aperçu de notre programme d’agrément.

Exemption de l’obligation d’obtenir une licence accordée aux mandataires

Un mandataire est une compagnie qui agit pour le compte d’une compagnie agréée. Actuellement, la Commission canadienne des grains accorde une exemption de l’obligation d’obtenir une licence aux mandataires disposant de silos et à ceux ne disposant pas de silos. Elle limite la portée de la présente proposition aux mandataires disposant de silos.

Les exemptions indiquent que le grain n’est pas acheté directement des producteurs de l’Ouest et qu’une licence n’est pas essentielle au maintien de la qualité, de l’entreposage en lieu sûr et de la manutention ordonnée et efficace des grains.

En 2009, nous avons effectué une révision du régime d’agrément pour veiller à l’octroi de la bonne catégorie de licence. La révision visait les catégories de licence suivantes : silo terminal, silo de transbordement, silo de transformation, silo primaire et négociant en grains. Elle comprenait également une revue des installations des titulaires de licence et des activités qu’ils mènent. Avant cela, nous n’étions au courant que de quelques situations où des installations agréées avaient recours à des mandataires pour recevoir du grain en leur nom. Au moment de la revue, nous avons découvert que l’industrie avait évolué et que le recours aux services de mandataires disposant de silos avait augmenté.

Proposition présentée aux intervenants aux fins de commentaires

Approche

Nous proposons d’agréer les mandataires disposant de silos. Pour ce faire, nous supprimerions l’exemption suivante du Règlement sur les grains du Canada :

Alinéa 15(1)d)

toute autre installation, si l’exploitant n’agit qu’à titre de mandataire pour les titulaires de licences, ceux-ci devant fournir à la Commission une garantie pour tout le grain reçu à l’installation, et s’il permet à la Commission d’avoir accès aux registres relatifs à l’installation.

Exigences en matière de licence proposées

Nous exigerions que les mandataires disposant de silos obtiennent une licence de silo primaire ou de silo de transformation, selon la nature de leurs activités, ce qui serait déterminé au moyen des renseignements fournis par la compagnie.

Toutes les exigences actuelles en matière de licence relatives aux opérations et à l’établissement de rapports s’appliquent. L'annexe B comprend la liste des exigences actuelles en matière de licence.

Les compagnies qui n’achètent pas de grain des producteurs devraient verser un montant de garantie pour indiquer leur faible risque pour les producteurs, comme il est actuellement le cas pour les compagnies agréées ayant la capacité d’assumer des obligations à l’égard des producteurs, mais qui n’achètent pas de grain des producteurs.

Justification du retrait de l’exemption

Nous avons déterminé que le risque associé à la soustraction continue des mandataires à l’obligation de licence a augmenté en raison de la présence accrue de ces derniers au sein du système de manutention des grains. Ainsi, nous proposons de prendre des mesures en vue de combler les lacunes dans la surveillance réglementaire de ces installations. Si la Commission canadienne des grains continue d’exempter les mandataires de la surveillance réglementaire, cela pourrait avoir des répercussions négatives sur le système d’assurance de la qualité des grains.

Nous proposons d’agréer les mandataires afin de combler les lacunes suivantes dans la surveillance réglementaire :

  • L’accès aux mandataires aux fins de la salubrité des grains. Cela comprend l’entretien de l’équipement d’échantillonnage, la collecte d’échantillons et les pouvoirs de prendre les mesures nécessaires pour atténuer les problèmes qui pourraient survenir (l’émission d’une ordonnance de se conformer à une exigence par exemple).
  • Le bon entretien de l’équipement de pesée. L’entretien de l’équipement de pesée est essentiel pour que la consignation du poids des livraisons les producteurs soit uniforme, peu importe l’endroit où le grain est livré.
  • La collecte et la publication de renseignements sur la manutention des grains pour les installations comprises dans nos rapports statistiques. Actuellement, nos rapports statistiques ne comprennent pas de données concernant les mandataires.
  • L’offre uniforme de la protection des paiements aux producteurs. Les mandataires peuvent assumer des obligations à l’égard des producteurs, et en réglementant ces compagnies, nous pourrons mieux surveiller leurs achats et mieux évaluer le risque de défaut de paiement. Les mandataires qui assument des obligations à l’égard des producteurs devraient déposer une garantie auprès de la Commission canadienne des grains pour couvrir le risque possible de défaut de paiement. Les mandataires qui n’assument pas d’obligations à l’égard des producteurs seraient traités de façon juste et uniforme, tout comme les titulaires de licence actuels qui n’assument pas d’obligations à l’égard des producteurs et pour lesquels le montant de la garantie est peu élevé ou nul.
  • L’accès à l’arbitrage des différends par la Commission canadienne des grains pour les producteurs.
  • L’accès à une décision exécutoire concernant le grade et le taux d'impuretés pour les producteurs qui vendent leur grain à un mandataire titulaire d’une licence de silo primaire.

Partie 3 : Exemption de l’obligation d’obtenir une licence accordée aux provenderies

Contexte

L'annexe A donne un aperçu du programme d’agrément.

Exemption de l’obligation d’obtenir une licence accordée aux provenderies

Actuellement, la Commission canadienne des grains exempte les provenderies de l’obligation d’obtenir une licence. Les exemptions indiquent que le grain n’est pas acheté directement des producteurs de l’Ouest et qu’une licence n’est pas essentielle au maintien de la qualité, de l’entreposage en lieu sûr et de la manutention ordonnée et efficace des grains.

Certaines provenderies ont connu des difficultés financières au fil des ans, ce qui a entraîné le non-paiement de livraisons de grain des producteurs. En 2012, Puratone et Big Sky Farms ont fait faillite, en grande partie en raison de l’augmentation des prix des aliments pour animaux et de la baisse des prix du porc. Les deux compagnies s’étaient adonnées à l’élevage de porcs en plus d’exploiter des provenderies.

En tant que provenderies, Puratone et Big Sky Farms n’étaient pas tenus de verser une garantie pour couvrir les obligations à l’égard des producteurs. Dans les deux cas, une grande partie des créanciers non garantis étaient des producteurs de grain qui avaient vendu du grain aux fins d’utilisation dans ces provenderies. Lorsque les provenderies ont fait faillite, elles devaient de l’argent à certains producteurs, et ces derniers n’avaient pas beaucoup de recours. Les faillites ont entraîné la réitération des demandes d’examen par la Commission canadienne des grains et le gouvernement de l’exemption de l’obligation d’obtenir une licence accordée aux provenderies.

Pour traiter de cette question, nous avons tenu des consultations au début de 2015 afin d’obtenir des commentaires sur une proposition visant l’agrément des provenderies. Elle a obtenu des commentaires et une orientation des provenderies, des producteurs de grain, des titulaires de licence actuels et d’autres intervenants de l’industrie sur le concept général d’agrément des provenderies. En outre, elle a obtenu des commentaires sur l’élaboration des exigences en matière de licence.

Nous avons reçu 43 soumissions officielles d'une gamme diverse d'intervenants, dont 53 associations de provenderies, organisations sectorielles et groupes de producteurs. Les principaux sujets sur lesquels portaient les commentaires étaient les suivants : l’objectif et les avantages des licences, les répercussions possibles sur le secteur des aliments pour animaux et les producteurs, et les recommandations concernant les exigences en matière de licence.

À l’exception de la plupart des provenderies commerciales, la grande partie des répondants ont appuyé l’agrément des provenderies commerciales, car ils reconnaissent que les provenderies à la ferme fonctionnent différemment. Les répondants ont indiqué que les licences permettront une meilleure stabilité au sein du secteur des aliments pour animaux et accroîtront la confiance des producteurs de grain lorsqu’ils livrent leur grain aux provenderies. Selon les producteurs et certaines provenderies, la protection des paiements présente des avantages.

Les provenderies ont exprimé des préoccupations quant au coût des licences et aux frais supplémentaires ainsi qu’aux exigences en matière de rapports qui leur seraient imposés, étant donné qu’ils doivent déjà se conformer aux exigences en matière de licence et de conformité de l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

Nous cherchons à obtenir d’autres commentaires des intervenants sur une proposition visant l’agrément des provenderies qui achètent plus qu’un certain seuil de grain des producteurs.

Proposition présentée aux intervenants aux fins de commentaires

Approche

Nous proposons d’agréer certaines provenderies. Pour ce faire, nous modifierons l’exemption suivante du Règlement sur les grains du Canada :

Alinéa 15(1)a)

l’installation construite pour la manutention et le stockage de grain dans le cadre de l’exploitation d’une fabrique d’aliments pour animaux.

Nous proposons d’agréer les provenderies qui achètent plus de 5 000 tonnes de grain des producteurs par année. Les provenderies qui achètent moins de 5 000 tonnes de grain des producteurs par année (selon une moyenne de cinq ans) seraient exemptées. Le seuil est axé sur des facteurs comme les limites de licence d’autres compétences réglementaires, comme l’Ontario et le Québec, la taille moyenne des fermes par type d’animaux d’élevage et la consommation annuelle d’aliments pour animaux sur la ferme moyenne.

Afin de gérer le seuil pour les provenderies, nous proposons de créer par règlement une sous-catégorie pour les provenderies dans la catégorie des silos de transformation.

Exigences en matière de licence proposées

Nous exigerions que les provenderies obtiennent une licence d’exploitation d’un silo de transformation. Elles devraient respecter les exigences relatives au fonctionnement et à l’établissement de rapports des silos de transformation. L'annexe B comprend la liste des exigences actuelles en matière de licence.

Justification du retrait de l’exemption

Nous avons déterminé que le risque associé à la soustraction continue des provenderies qui achètent plus de 5 000 tonnes de grain des producteurs par année a augmenté. Ainsi, nous proposons de prendre des mesures en vue de combler l’écart dans la surveillance réglementaire des silos de transformation. Si nous continuons d’exempter les provenderies de la surveillance réglementaire, cela pourrait avoir des répercussions négatives sur la possibilité pour les producteurs d’être indemnisés en cas de défaut de paiement ou de faillite d’une provenderie.

Nous proposons d’agréer les provenderies qui achètent plus de 5 000 tonnes de grain des producteurs par année afin de combler les lacunes suivantes dans la surveillance réglementaire :

  • L’offre de la protection des paiements aux producteurs. Les provenderies assument d’importantes obligations à l’égard des producteurs, ce qui pose un risque élevé pour les producteurs. En réglementant ces compagnies, nous pourrions assurer la protection des paiements aux producteurs livrant du grain aux provenderies agréées.
  • Le bon entretien de l’équipement de pesée. Les producteurs seront traités de façon uniforme en ce qui trait aux reçus, qui sont nécessaires pour assurer la protection des paiements.
  • La collecte et la publication de renseignements sur la manutention des grains pour les installations comprises dans nos rapports statistiques. Actuellement, nos rapports statistiques ne comprennent pas de données liées aux provenderies.
  • L’accès à l’arbitrage des différends par la Commission canadienne des grains pour les producteurs.

Annexe A – Aperçu des licences

L’agrément est une fonction du Programme de protection des producteurs de la Commission canadienne des grains, qui compte deux objectifs principaux :

  1. Protection des producteurs : Les producteurs ont des droits prévus par la Loi sur les grains du Canada, notamment :
    • la présentation de plaintes non officielles auprès de la Commission canadienne des grains concernant un titulaire de licence;
    • l’arbitrage officiel des différends;
    • l’accès à une décision exécutoire concernant le grade et le taux d'impuretés;
    • la protection des paiements pour leurs livraisons de grain.
  2. Appui du système canadien d’assurance de la qualité des grains : Le système d’assurance de la qualité des grains du Canada constitue le cadre d’élaboration et de maintien des normes d’assurance de la qualité et de la quantité du grain canadien. Il fournit constamment aux clients canadiens et étrangers la qualité et la quantité de grain qu’ils exigent d’une année à l’autre. La Commission canadienne des grains est responsable de la réglementation des compagnies agréées afin de préserver ce système. Par exemple, elle pourrait ordonner à un silo agréé d’effectuer une fumigation des cellules s’il expédie du grain infesté. Aucun pouvoir n’existe pour les compagnies non agréées.

Nous recueillons des renseignements statistiques sur les compagnies céréalières agréées et les publions en ligne. Les silos primaires et les silos de transformation agréés doivent soumettre à la Commission canadienne des grains des rapports sur le type et la quantité de grain des livraisons qu’ils reçoivent et les expéditions qu’ils effectuent chaque semaine. Nous publions ces renseignements d’ensemble sur la manutention des grains par province et par type de grain dans Statistiques hebdomadaires des grains et, chaque année, dans Livraisons de grains aux points de collecte des prairies. Ces publications contiennent des renseignements sur la production et l’écoulement de grain dans le réseau des installations commerciales agréées de manutention des grains.

De plus, nous recueillons des données sur les lieux des silos, les compagnies et la capacité de stockage de chaque silo agréé au Canada. Nous publions ces renseignements chaque année dans Silos à grains du Canada. En outre, nous imposons des tarifs ou des frais facturés par les compagnies céréalières agréées pour la mise en silo, le nettoyage, le séchage et l’entreposage du grain, et publions les Sommaires des tarifs perçus aux silos afin d’informer les intervenants de ces coûts de manière transparente.

Si une opération de manutention du grain correspond à la définition d’un silo ou d’un négociant en grains en vertu de la Loi sur les grains du Canada, elle doit être agréée ou exemptée par la Commission canadienne des grains. L'annexe B comprend la liste des exigences actuelles en matière de licence. Actuellement, celle-ci accorde une exemption aux installations si l’une ou les deux conditions suivantes s’appliquent :

  • l’installation n’achète pas de grain des producteurs;
  • l’obtention d’une licence pour une compagnie ou une catégorie de compagnies n’est pas essentielle au maintien de de la qualité, de la mise en lieu sûr et de la manutention ordonnée et efficace des grains au Canada. Autrement dit, une exemption ne présente pas un risque important pour le système d’assurance de la qualité des grains.

Annexe B – Exigences actuelles en matière de licence

Silos en général

Tous les exploitants de silos agréés doivent respecter les exigences suivantes :

  • Afficher la licence dans un endroit bien en vue dans le silo.
  • Aménager et entretenir le matériel et les installations de manière à assurer la pesée, l’échantillonnage, l’inspection, le classement, le séchage et le nettoyage efficaces et précis, ainsi que le stockage de tout le grain reçu ou déchargé.
  • Stocker tout le grain reçu dans un silo décrit dans la demande de licence. Un exploitant de silo peut aussi entreposer du grain sur le sol, s’il en fait la demande par écrit à la Commission canadienne des grains, en précisant le type de grain stocké sur le sol et la date à laquelle sera reçu le grain devant être entreposé à cet endroit. Au moment de la livraison, l’exploitant doit remettre un récépissé de silo, un accusé de réception ou un bon de paiement, et il est responsable du grain comme s’il l’entreposait dans un silo.
  • Garder en bon état les silos et l’équipement connexe
  • Veiller à ce que le matériel d’échantillonnage et les aires autour soient propres.
  • Aviser immédiatement par écrit la Commission canadienne des grains des situations suivantes :
    • l'apport de modifications au fonctionnement du silo, au mouvement du grain, à l'échantillonnage, aux contrôles ou à tout équipement (dans les 15 jours suivant la parution des plans);
    • l’endommagement ou la destruction d’un silo décrit dans la demande de licence;
    • l’endommagement, la destruction ou l’enlèvement de tout équipement exigé par la Commission canadienne des grains;
    • l'endommagement ou la destruction du grain stocké dans un silo décrit dans la demande de licence.

Silos primaires

En plus de respecter les exigences globales des silos, les silos primaires ont des obligations précises en matière de licence et de rapports :

  • Fournir une garantie pour couvrir leurs dettes impayées à l’égard des producteurs.
  • Émettre des reçus aux producteurs pour le grain livré conformément aux exigences de la Commission canadienne des grains.
  • Prélever un échantillon de grain représentatif de chaque chargement livré.
  • Respecter les demandes présentées par les producteurs pour obtenir une décision exécutoire de la Commission canadienne des grains concernant le grade et les impuretés.
  • Permettre aux producteurs qui livrent du grain de vérifier le poids du grain à la pesée pendant que le grain est pesé.
  • Fournir de la documentation pour veiller à l’approbation des balances par Mesures Canada.
  • Fournir les rapports suivants :
    • Rapport mensuel sur le passif du titulaire de licence envers les producteurs;
    • Rapport hebdomadaire sur les activités;
    • Rapport annuel sur les volumes nets de grain manutentionné;
    • Rapport annuel sur les tarifs.
  • Présenter une demande de licence annuelle accompagnée des droits de licence (3 420 $ par année en 2015-2016).

Silos de transformation

En plus de respecter les exigences globales des silos, les silos de transformation ont des obligations précises en matière de licence et de rapports :

  • Fournir une garantie pour couvrir leurs dettes impayées à l’égard des producteurs.
  • Émettre des reçus aux producteurs pour le grain livré conformément aux exigences de la Commission canadienne des grains.
  • Fournir de la documentation pour veiller à l’approbation des balances par Mesures Canada.
  • Fournir les rapports suivants :
    • Rapport mensuel sur le passif du titulaire de licence envers les producteurs;
    • Rapport hebdomadaire sur les activités;
    • Rapport annuel sur les tarifs
  • Présenter une demande de licence annuelle accompagnée des droits de licence (3 420 $ par année en 2015-2016).

Annexe C – Glossaire

Mandataire
Compagnie qui agit pour le compte d’une compagnie agréée.
Silo
Installations situées dans la région de l’Ouest et, selon le cas :
(i) équipées pour la réception des grains ou pour leur chargement sur les navires et les wagons ou leur déchargement;
(ii) construites en vue de la manutention et du stockage des grains directement reçus des producteurs, à l’exclusion de celles destinées à l’exploitation agricole d’un producteur particulier, et équipées pour la réception, la pesée, le levage, le stockage et le déchargement des grains;
(iii) construites en vue de la manutention et du stockage de grain dans le cadre de l’exploitation d’une minoterie, d’une fabrique d’aliments pour animaux, d’une station de nettoiement des semences, d’une malterie, d’une distillerie, d’une usine d’extraction d’huile ou de toute autre usine de transformation, et équipées pour la réception, la pesée, le levage et le stockage des grains ainsi que pour leur déchargement en vue de la transformation notamment.
Aliments pour animaux
Toute substance ou mélange de substances pour la consommation par des animaux qui contribue à l’énergie ou aux nutriments du régime de l’animal.
Provenderie
Exploitation où l’on produit ou fabrique des aliments pour le bétail ou la volaille.
Installation de chargement de wagons de producteurs
Exploitation où les producteurs peuvent charger leur grain, ou le faire charger par autrui pour leur compte, dans des wagons attribués par la Commission canadienne des grains et acheminés par la compagnie ferroviaire à un silo terminal, à un silo de transformation ou à un consignataire de leur choix.