Qualité de la moutarde de l'Ouest canadien en 2015

Bilan des conditions météorologiques et de la production

Conditions météorologiques

La saison de culture 2015 de la moutarde a débuté du bon pied, avec une teneur en eau adéquate dans la couche profonde et un printemps hâtif. En Saskatchewan, l’ensemencement a été entamé à la fin avril, et le tiers de la superficie en culture avait été ensemencée à la première semaine de mai. Le développement a été lent au cours des premiers stades, en raison du temps frais et des gelées connues vers la fin mai. Les conditions sont demeurées défavorables (précipitations faibles et températures au-dessus des normales) jusqu’à la mi-juillet. Les pluies opportunes observées au cours de la deuxième moitié de juillet et en août ont permis le développement et la maturation des plantes. Même si des retards ont été observés dans certaines régions en raison de la reprise de la croissance ayant suivi les pluies survenues au milieu de l’été, la récolte a débuté à la fin août et s’est terminée à la deuxième semaine d’octobre (Saskatchewan Crop Reports et le Olds Products 2015 Crop Reports; en anglais seulement).

La configuration des températures et des précipitations dans l’Ouest canadien pour la saison de croissance de 2015 se trouve sur le site Web d'Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Information sur la production et les grades

La production de graines de moutarde a diminué d’environ 38 % par rapport à 2014, pour atteindre 123,4 milliers de tonnes métriques. Cette diminution est attribuable à la diminution de la superficie ensemencée ainsi qu’à une diminution des rendements. Le rendement était d’environ 930 kg/hectare (Statistique Canada), ce qui est inférieur au rendement de l’an dernier (1010 kg/hectare), mais semblable à la moyenne sur 10 ans de 933 kg/hectare.

Selon le Specialty Crop Report de 2015 de la Saskatchewan, environ 47 % de la production de moutarde en Saskatchewan était de la moutarde blanche, 29 % de la moutarde brune et 24 % de la moutarde chinoise. Les agriculteurs de la Saskatchewan sont responsables de 74 % de la superficie totale ensemencée dans l’Ouest canadien et de près de 74 % de la production de moutarde, tandis que ceux de l’Alberta sont responsables de la majeure partie de la superficie ensemencée et de la production restantes.

Cette année, 58 % des échantillons ont été classés  1, comparativement à 73 % en 2014 et à 73 % pour la moyenne sur 10 ans (2005-2014). Les conditions de croissance et de récolte qu’a connues l’ensemble des Prairies se sont traduites par une moutarde présentant certains dommages visibles. Toutefois, les principaux facteurs de déclassement des échantillons soumis en 2015 sont le mélange apparent de graines de mauvaises herbes et les matières étrangères.

Superficie ensemencée et production de moutarde dans l'Ouest canadienNote de bas de page 1
  Superficie ensemencée Production Moyenne production
2015 2014 2015 2014 2005-2014
milliers d'hectares milliers de tonnes milliers de tonnes
Manitoba S.O. S.O. S.O. S.O. S.O.
Saskatchewan 103,2 147,7 91,5 138,6 119,1
Alberta 36,4 54,6 31,9 59,4 37,8
Ouest canadien 139,6 202,3 123,4 198,0 156,9

Effets des conditions météorologiques sur la qualité

La moutarde récoltée dans l’Ouest canadien en 2015 présente les caractéristiques générales d’une culture ayant eu un bon mûrissement. Le Programme d’échantillons de récolte à long terme mené par le Laboratoire de recherches sur les grains montre que des conditions de croissance chaudes et sèches ont tendance à donner une culture oléagineuse ayant une teneur en huile inférieure, mais une teneur en protéines plus élevée, et l’inverse a été observé dans le cas des conditions fraîches et humides. Les recherches montrent aussi que la teneur totale en glucosinolates peut augmenter quand les plantes du genre Brassica croissent par temps plus chaud que la normale.