Commission canadienne des grains
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Le blé canadien



Survol du système d’assurance de la qualité du blé canadien

Pour être efficace, un système d’assurance de la qualité du grain doit tenir compte des intérêts de tous les segments de l’industrie, faire preuve de souplesse et être à l’écoute des besoins changeants de l’industrie. Le système d’assurance de la qualité du blé canadien sous la supervision de la Commission canadienne des grains est modelé sur cette base, mais il y a des principes fondamentaux qui demeurent constants. Ils sont notamment la salubrité, la propreté, l’uniformité et la régularité, et des aptitudes technologiques supérieures.

On peut compter sur le Canada pour fournir du blé de haute qualité année après année parce qu’il produit en moyenne 20 millions de tonnes métriques chaque année dans les vastes plaines fertiles de l’Ouest, alors que les besoins du marché intérieur de la meunerie sont de seulement 2,5 millions de tonnes métriques environ. Les impuretés doivent toutefois être éliminées du blé canadien avant l’exportation aux termes des normes fixées par la Commission canadienne des grains. Le blé dépourvu d’impuretés nécessite un nettoyage moins intensif lors de la préparation en vue de la mouture. L’élimination des impuretés contribue par ailleurs à améliorer la stabilité du blé à l’entreposage et peut permettre d’alléger les restrictions à l’importation relatives aux graines de mauvaises herbes nuisibles. L’élimination des impuretés transgéniques ou des végétaux allergènes prend de plus en plus d’importance pour les minotiers, étant donné que davantage de clients exigent des garanties à l’effet que les produits de meunerie respectent des limites strictes du point de vue du contenu d’OGM.

Quant à l’infestation par les insectes, elle est rarement un problème avec le blé canadien en raison des rudes conditions hivernales qui prévalent dans l’Ouest canadien. Les silos d’acier, à la ferme, sont la principale forme d’entreposage dans l’Ouest canadien. Les entomologistes de la Commission canadienne des grains et les agents de déparasitage des grains travaillent en étroite collaboration avec l’industrie en vue de réduire au minimum les risques d’infestation dans les installations de manutention du grain, et de veiller à ce que ce problème soit corrigé rapidement et efficacement, le cas échéant.

De plus en plus, les consommateurs exigent des garanties quant à la salubrité des aliments, et à cet égard, les importateurs de blé demandent eux aussi des déclarations relatives à la salubrité ou des certificats de salubrité pour leurs expéditions. Les programmes de recherche et de surveillance de la Commission canadienne des grains fournissent des connaissances approfondies sur le type de contaminants et de constituants toxiques susceptibles d’être présents dans le grain canadien (Nowicki, 1993). En fonction de la demande de chaque client, la Commission canadienne des grains produira une attestation fondée sur des données chronologiques, ou encore effectuera des analyses en vue de certifier les niveaux de résidus de pesticide, de mycotoxines, d’oligoéléments toxiques, de radio-nucléides et de graines de mauvaises herbes nuisibles. Les programmes de surveillance de la Commission canadienne des grains ont montré que le grain canadien est non seulement salubre, mais qu’il répond aussi aux exigences canadiennes et internationales les plus strictes du point de vue des tolérances aux contaminants toxiques potentiels.

Les minotiers souhaitent l’uniformité afin de respecter les spécifications de leurs clients quant à la farine ou à la semoule. Les utilisateurs finaux souhaitent l’uniformité afin que leurs produits soient acceptables pour les consommateurs sans avoir à changer continuellement leurs conditions de transformation. Maintenir une qualité constante, d’une cargaison à l’autre, pour la même classe et le même grade de blé, une caractéristique à l’origine de la réputation du blé canadien, représente certainement un atout de taille. Mais l’uniformité à l’intérieur d’une même cargaison et entre les cargaisons est tout aussi importante.

Le système d’assurance de la qualité du blé canadien vise à permettre aux clients de sélectionner la classe et le grade de blé canadien qui répondent le mieux à leurs exigences, tout en étant assurés que le produit donnera les résultats escomptés. Afin d’atteindre ce but pour le blé canadien :

  • des modèles de qualité pour les classes de blé de l’Ouest canadien sont soigneusement et clairement définis;
  • les classes de blé de l’Ouest canadien doivent être visuellement distinctes les unes des autres afin de faciliter la ségrégation;
  • les normes des grades de blé de la Commission canadienne des grains reposent sur des éléments scientifiques;
  • le protocole de la Commission canadienne des grains durant le chargement du blé destiné à l’exportation est conçu pour maintenir l’uniformité et la régularité ainsi que pour garantir l’aptitude technologique;
  • la surveillance postérieure à l’expédition de la qualité à l’utilisation finale est effectuée par la Commission canadienne des grains;
  • il y a des échanges constants avec les utilisateurs du blé canadien.