Commission canadienne des grains
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Mesure de la couleur et de la taille du grain d'orge pour prédire la qualité d'utilisation finale du malt



Résumé

L'efficacité du système de classement de la Commission canadienne des grains pour prédire la qualité d'utilisation finale de l'orge brassicole a été comparée aux méthodes fondées sur des machines. Une série d'échantillons d'orge brassicole provenant de la récolte de 2003 ont été analysés quant à leur grade ainsi qu'à la couleur et à la taille des grains. L'orge a été maltée, puis la qualité du malt a été analysée. Les résultats confirment l'efficacité du système de classement, les échantillons d'orge extra spéciale ayant généralement donné la meilleure qualité de malt. Du point de vue statistique, les grades fondés sur les observations d'un seul inspecteur se sont révélés aussi efficaces que les couleurs mesurées par analyse d'image pour prédire plusieurs des paramètres du grain et de la qualité du malt. Cependant, l'analyse d'image s'est révélée supérieure pour la prédiction de plusieurs autres paramètres. Ce système, faisant appel à l'utilisation d'une machine, devrait en outre assurer une plus grande objectivité que la détermination visuelle des grades par plusieurs inspecteurs à diverses dates. Cependant, comme ces constatations sont fondées sur un nombre limité d'échantillons, provenant d'une seule année de récolte, il y aurait lieu de répéter l'expérience avec des échantillons additionnels présentant une variété de facteurs de déclassement.

En présence de conditions de maltage standard, les grains ventrus ont donné un malt adéquatement modifié dont le rendement en extrait de malt était bon. En présence des mêmes conditions, les grains intermédiaires ont donné un rendement en extrait de malt significativement plus faible, et leur malt était trop modifié. Le poids de 1000 grains, fréquemment utilisé comme indicateur de la qualité brassicole de l'orge, a fourni une bonne indication du rendement potentiel en extrait de malt, mais uniquement dans le cas des grains ventrus. Dans le cas des grains intermédiaires, il a plutôt donné une indication des conditions requises pour le maltage.

Les résultats obtenus avec le poids de 1000 grains ont été comparés à ceux obtenus avec le système SKCS, qui mesure le poids, le diamètre, la teneur en eau et l'indice de dureté de 300 grains de chaque échantillon et calcule la moyenne et l'écart-type de chacune de ces mesures. Les deux méthodes ont donné des corrélations semblables avec la qualité du malt. La variabilité de taille parmi 300 grains de chaque échantillon, indiquée par l'écart-type des mesures de diamètre et de poids produites par le SKCS, a permis d'expliquer une partie supplémentaire de la variation de la qualité finale du malt, notamment en ce qui a trait à son degré de modification.