Commission canadienne des grains
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Protection des céréales, des oléagineux et des légumineuses à grain entreposés à la ferme contre les insectes, les acariens et les moisissures



3. Introduction

La protection des céréales et des oléagineux entreposés contre les détériorations fait partie intégrante de leur production. Laissées sans protection, ces récoltes risquent d’être déclassées. Comme le poids et la qualité des grains échauffés ou infestés par les insectes et les acariens diminuent rapidement, l’agriculteur doit se montrer vigilant s’il ne veut pas voir son revenu amputé de plusieurs milliers de dollars. L’entreposage des céréales et des oléagineux à l’état frais et sec dans des cellules propres, non infestées, étanches et bien ventilées prévient ces pertes, maintient la qualité du grain et en facilite la commercialisation.

Parce qu’ils sont petits et fuient la lumière, les insectes et les acariens qui infestent les grains entreposés en vrac peuvent pénétrer profondément dans la masse. Dans les cellules vides, ils se cachent dans les fissures et les crevasses et peuvent y survivre dans les résidus jusqu’à l’arrivée de la nouvelle récolte. La plupart d’entre eux ne s’attaquent pas aux grandes cultures et ne sont pas récoltés avec les grains, même si, sous des latitudes plus chaudes, le charançon du riz et le petit perceur des céréales infestent les céréales dans les champs. Les ravageurs des denrées entreposées se nourrissent également de matières animales et végétales desséchées et de moisissures. Certaines espèces parviennent à survivre dans de la nourriture contenant seulement 8 % d’eau. Les insectes qui résistent au froid peuvent passer l’hiver dans les récoltes entreposées. L’été, certains insectes s’envolent et peuvent être transportés par le vent depuis les résidus de grains et les aliments pour animaux qu’ils infestent jusque dans les entrepôts de grains et même dans les maisons.

Au Canada, bon nombre des insectes et acariens qui infestent les céréales et les oléagineux entreposés sont résistants au froid et survivent à l’hiver en trouvant un habitat protégé parmi les grains, en s’adaptant au froid ou, dans le cas de certains acariens, en se transformant en un stade résistant qui ne s’alimente pas. Les insectes et les acariens se reproduisent rarement à des températures inférieures à 17 °C et à 3 °C, respectivement. Toutefois, lorsque les grains entreposés se réchauffent, les insectes, particulièrement le cucujide roux et le tribolium rouge de la farine, se multiplient rapidement et causent des dommages importants. Une forte teneur en eau des grains accroît également le risque d’infestation par les insectes et les acariens et provoque l’échauffement et la dégradation des grains. Les insectes, les acariens ainsi que les moisissures qui provoquent l’échauffement et la détérioration des récoltes entreposées sont inactifs à basse température (sous le point de congélation dans le cas des moisissures). L’hiver, le refroidissement des récoltes entreposées s’effectue plus rapidement et plus uniformément dans les petites cellules que dans les cellules plus grandes non ventilées. Les grains et oléagineux secs risquent moins de s’altérer que s’ils sont gourds ou humides. Les grains et oléagineux gourds sont particulièrement vulnérables aux infestations d’acariens. Le canola est souvent infesté par les acariens et les moisissures. La teneur en eau du canola destiné à un entreposage prolongé devrait être inférieure à 8 %.

Les céréales et les oléagineux récoltés renferment de petites quantités de moisissures (champignons) de conservation qui se développent durant l’entreposage et provoquent la dégradation des grains. Par temps chaud, les moisissures se développent rapidement dans les grains entreposés gourds ou humides (tableau 1). Si les grains sont exposés à des conditions chaudes et humides durant la récolte et l’entreposage, certains champignons peuvent produire des substances toxiques appelées mycotoxines.

Il est plus facile de comprendre les problèmes soulevés par l’entreposage des céréales et des oléagineux si l’on considère l’amas de grains en vrac comme un écosystème dans lequel les organismes vivants (p. ex. grains, insectes, acariens et moisissures) et le milieu physique (p. ex. température, humidité et oxygène) interagissent. Habituellement, la qualité du grain diminue lentement, mais elle peut s’accélérer lorsque certaines conditions apparaissent dans la masse entreposée non perturbée, au point où la récolte peut se dégrader complètement.