Commission canadienne des grains
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Protection des céréales, des oléagineux et des légumineuses à grain entreposés à la ferme contre les insectes, les acariens et les moisissures



6. Identification des organismes

Ravageurs communs dans les denrées entreposées

Plus d’une centaine d’espèces d’insectes et d’acariens se rencontrent au Canada dans les denrées entreposées, mais seules quelques-unes d’entre elles peuvent causer des dommages importants. Les autres espèces sont mycophages, détritivores, prédateurs ou parasites.

Chez les coléoptères et les lépidoptères, les plus communs des insectes associés aux denrées entreposées, le cycle vital comporte quatre stades : l’oeuf, la larve, la nymphe et l’adulte (figure 10). Pour leur part, les psocoptères et les acariens présentent seulement trois stades, soit l’oeuf, la nymphe et l’adulte.

Cycles vitaux d’insectes infestant les denrées entreposées

Figure 10. Cycles vitaux d’insectes infestant les denrées entreposées : A. Coléoptère; B. Lépidoptère.

Oeuf

Les œufs sont déposés soit dans les crevasses du tégument des grains, soit dans la poussière et les débris accumulés dans les cellules d’entreposage. Chez certaines espèces, comme la calandre des grains, la femelle dépose ses œufs à l’intérieur des grains.

Larve

C’est le seul stade de croissance. La larve consomme plusieurs fois son propre poids de nourriture et, comme son tégument est rigide, elle doit muer périodiquement pour grossir. La découverte d’exuvies dans les céréales, les oléagineux et leurs produits indique que des insectes sont ou étaient présents.

Nymphe

Formée après la dernière mue larvaire, la nymphe ne se nourrit pas. Chez certaines espèces, elle est enfermée dans un cocon tissé par la larve. Durant sa vie nymphale, l’insecte subit une métamorphose interne et externe complète qui mène au stade adulte.

Adulte

Les adultes des espèces d’insectes qui infestent les denrées entreposées mesurent entre 0,1 et 1,7 cm de longueur. Le corps est pourvu de trois paires de pattes et se divise en trois parties : la tête, le thorax et l’abdomen. Les pièces buccales et les organes sensoriels sont situés sur la tête. Le thorax porte les pattes et les ailes. L’abdomen renferme les organes reproducteurs. Les adultes se déplacent dans les interstices entre les grains et, à l’exception des lépidoptères et des ptinidés, peuvent pénétrer profondément dans la masse. Certains de ces insectes peuvent voler et ont une vaste aire de répartition. Les coléoptères possèdent des ailes peu développées, et certaines espèces sont même incapables de voler, quoique le cucujide roux et le tribolium rouge de la farine volent très bien.

Coléoptères

Tableau 2. Coléoptères infestant les denrées entreposées au Canada - Partie 1
Nom vernaculaire Nom scientifique Coloration de l'adulte Longueur de l'adulte (mm) Antennes Capable de grimper sur une paroi en verre Capable de voler
Tribolium noir d’Amérique Tribolium audax Brun foncé, noir 3-4 Massue non non
Cadelle Tenebroides mauritanicus Brun foncé, noir 6-10 Massue non oui
Tribolium brun de la farine Tribolium confusum Brun rougeâtre 2-4 Massue non non
Tribolium noir d’Europe Tribolium madens Brun foncé, noir 4-5 Massue non oui
Cucujide plat Cryptolestes pusillus Brun rougeâtre 2 Filiforme non oui
Cucujide des grains Ahasverus
advena
Brun 2 Massue oui oui
Calandre des grains Sitophilus granarius Brun foncé, noir 3-4 Massue oui non
Ptine velu Ptinus villiger Brun 2-4 Filiforme oui non
Petit perceur des céréales Rhyzopertha dominca Brun foncé 2-3 Massue non oui
Psocidés Lepinotus reticulatus
Liposcelis bostrychophilus
Brun pâle 1 Filiforme oui oui
Tribolium rouge de la farine Tribolium castaneum Brun rougeâtre 2-4 Massue non oui
Charançon du riz Sitophilus oryzae Brun foncé, noir 3-4 Massue oui oui
Cucucjide roux Cryptolestes ferrugineus Brun rougeâtre 2 Massue non oui
Cucujide dentelé des grains Oryzaephilus surinamensis Brun 3 Massue oui oui
Ténébrion meunier Tenebrio molitor Brun, noir 12-17 Filiforme non Rarement
Tableau 2 – Coléoptères infestant les denrées entreposées au Canada - Partie 2
Nom vernaculaire Nom scientifique Développement œuf-adulte le plus rapide Nourriture Présence dans l’est du Canada Présence dans l’ouest du Canada
Dispersée = Présence régulière mais infestations localisées
Rare = Rencontrée occasionnellement seulement
Tribolium noir d’Amérique Tribolium audax 25 Farine Dispersée Rare
Cadelle Tenebroides mauritanicus 70 Grains de céréales brisés, grains humides Dispersée Dispersée
Tribolium brun de la farine Tribolium confusum 20 Farine Commun Commun
Tribolium noir d’Europe Tribolium madens 25 Farine Dispersée Rare
Cucujide plat Cryptolestes pusillus 22 Céréales brisées Dispersée Dispersée
Cucujide des grains Ahasverus advena 21 Moisissures Commun Commun
Calandre des grains Sitophilus granarius 28 Grains de céréales Dispersée Rare
Ptine velu Ptinus villiger 58 Farine, aliments pour animaux Dispersée Dispersée
Petit perceur des céréales Rhyzopertha dominca 25 Grains de céréales Rare Rare
Psocidés Lepinotus reticulatus
Liposcelis bostrychophilus
21 Moisissures Commun Commun
Tribolium rouge de la farine Tribolium castaneum 20 Céréales brisées, Farine Commun Commun
Charançon du riz Sitophilus oryzae 24 Grains de céréales Dispersée Dispersée
Cucucjide roux Cryptolestes ferrugineus 21 Céréales brisées Commun Commun
Cucujide dentelé des grains Oryzaephilus surinamensis 20 Céréales brisées Dispersée Dispersée
Ténébrion meunier Tenebrio molitor 120 Grains moisis Commun Commun

Les coléoptères qui infestent les produits entreposés se ressemblent souvent, mais ils diffèrent par leur comportement et le type de dommages qu’ils occasionnent. Il importe d’identifier les espèces présentes avant d’intervenir. Le guide détaillé rédigé par Bousquet (1990) peut se révéler fort utile à cette fin. Une description des principaux coléoptères infestant les céréales et les oléagineux entreposés au Canada est présentée dans les paragraphes suivant.

Cucujide roux

Dans la plupart des régions du Canada, ce coléoptère (planche Ia et b) est le principal ravageur des grains entreposés. Il se nourrit habituellement du germe (embryon) du grain. Les infestations graves provoquent l’échauffement et la détérioration du grain. L’adulte, de forme aplatie, rectangulaire, luisant, brun roux, mesure 0,2 cm de longueur et possède de longues antennes en chapelet projetées vers l’avant en forme de « V ». Le cucujide roux se déplace rapidement parmi le grain chaud et peut voler lorsque la température de l’air dépasse 23 °C. La femelle dépose ses œufs dans les crevasses des grains et dans la poussière de grains. Les larves, minuscules, pénètrent dans le germe des grains endommagés et s’en nourrissent. Dans le blé présentant une teneur en eau de 14,5 % et une température de 31 °C, le développement de l’oeuf à l’adulte s’effectue en l’espace d’environ 21 jours.

Grains de blé infestés par des cucujides roux.

Planche Ia - Grains de blé infestés par des cucujides roux.

Cycle vital du cucujide roux

Planche Ib - Cycle vital du cucujide roux (de gauche à droite) : œufs, larve, nymphe, adulte.

Cucujide plat

Par l’aspect et les habitudes alimentaires, il ressemble au cucujide roux, mais les mâles possèdent des antennes plus longues. Le cucujide plat est un ravageur important du grain entreposé dans le nord des États-Unis, et il se rencontre aujourd’hui dans les cellules d’entreposage dans le sud des Prairies canadiennes.

Tribolium rouge de la farine

Ce ravageur (planche IIc et d) se développe dans les céréales et les oléagineux entreposés à la ferme et dans les silos primaires dans les provinces des Prairies et la majeure partie du Canada. L’adulte est brun rougeâtre et mesure 0,4 cm de longueur. Les larves et les adultes se nourrissent de grains brisés. Le développement de l’oeuf à l’adulte est bouclé en 28 jours lorsque les conditions de température et d’humidité sont optimales (31 °C et 15 %). Le développement est plus lent en présence de faibles conditions d’humidité (8 %). Par temps chaud, les adultes volent et peuvent être transportés par le vent dans les maisons ou d’autres bâtiments.

Grains de blé infestés par des triboliums rouges de la farine adultes

Planche IIc - Grains de blé infestés par des triboliums rouges de la farine adultes.

Cycle vital du tribolium rouge de la farine

Planche IId - Cycle vital du tribolium rouge de la farine (de gauche à droite) : œufs, larve, nymphe, adulte.

Tribolium brun de la farine

L’adulte (planche IIe) ressemble à celui du tribolium rouge de la farine et il est difficile de l’en distinguer sans l’aide d’un microscope ou d’une loupe. Les larves et les adultes se nourrissent de farine, d’aliments pour animaux et d’autres matières moulues. Contrairement au tribolium rouge, le tribolium brun est plus commun dans les meuneries que dans les autres types d’installations d’entreposage, et les adultes ne volent pas.

Cycle vital du tribolium brun de la farine

Planche IIe - Cycle vital du tribolium brun de la farine (de gauche à droite) : œufs, larve, nymphe, adulte.

Tribolium noir d’Amérique

Le tribolium noir d’Amérique est semblable au tribolium rouge de la farine, mais il est plus gros et noir. Il est commun dans les entrepôts vides, mais il pullule rarement dans les céréales et les oléagineux entreposés à la ferme.

Coléoptères mycophages

Ces ravageurs infestent généralement les céréales et les oléagineux humides ou gourds et se nourrissent de la poussière et des moisissures qui leur sont associées. Les lots de semences sèches entreposés en vrac à proximité de lots de grains gourds ou humides peuvent aussi être infestés. Le cucujide des grains, le Lathridius minutus et le Cryptophagus varus sont les coléoptères mycophages les plus couramment rencontrés dans les céréales et oléagineux entreposés. Comme certaines espèces de coléoptères mycophages ressemblent au cucujide roux et sont approximativement de la même taille, il importe d’entreprendre la lutte chimique seulement après avoir confirmé l’identification des insectes détectés. Le cucujide des grains est semblable au cucujide roux, mais il est capable d’escalader une paroi de verre, alors que le cucujide en est incapable.

La découverte de coléoptères mycophages dans les céréales et les oléagineux entreposés est aussi préoccupante que celle du cucujide roux, car elle témoigne de la présence d’une forte humidité et de moisissures, deux facteurs qui accélèrent la dégradation de la récolte. Il importe alors d’assécher la récolte afin de briser les poches de grains gourds ou humides. Comme la fumigation ne freine pas la détérioration causée par les moisissures ou l’échauffement, il faut déplacer la récolte sans tarder afin d’éviter sa dégradation et des pertes considérables.

Cucujide dentelé des grains

Ces coléoptères (planche Ic) sont plus communs dans l’avoine que dans le blé, l’orge ou le canola, en particulier dans le sud de l’Ontario et du Québec. L’adulte est brun et mesure environ 0,3 cm de longueur. Son thorax est armé latéralement de six projections dentelées. Dans le grain chaud, lorsque les conditions sont optimales (31 à 34 °C et 14 à 15 % d’humidité), le cycle vital de l’oeuf à l’adulte est bouclé en l’espace d’environ 22 jours.

Calandre des grains

La calandre des grains (planche Ie) est l’un des pires ravageurs des grains entreposés au monde. Ce charançon est rare dans les Prairies, mais il est présent en Ontario et dans les silos portuaires à Vancouver. Les adultes possèdent un rostre distinctif qu’ils utilisent pour creuser les grains de céréales. Après avoir foré un trou dans un grain, la femelle y dépose un seul oeuf, puis en obture l’ouverture au moyen d’un bouchon de consistance gélatineuse. Les larves se nourrissent de l’endosperme et achèvent leur croissance à l’intérieur du grain. Les adultes forent des trous d’émergence sur le côté des grains. En présence de conditions optimales (26 à 30 °C et 14 % d’humidité), le développement de l’oeuf à l’adulte s’effectue en l’espace de 25 à 35 jours. L’adulte mesure 0,3 à 0,4 cm de longueur et est incapable de voler. Surpris, il replie ses pattes sous son corps et feint d’être mort.

Cycle vital du cucujide dentelé des grains

Planche Ic - Cycle vital du cucujide dentelé des grains (de gauche à droite) : œuf, larve, nymphe, adulte.

Cycle vital de la calandre des grains

Planche Ie - Cycle vital de la calandre des grains (de gauche à droite) : œuf, larve, nymphe, adulte.

Charançon du riz

Depuis quelques années, le charançon du riz (planche If) se rencontre dans les entrepôts du sud-ouest de l’Ontario et dans certains silos des Prairies. Il mesure 0,2 à 0,4 cm de longueur et porte quatre taches orange rougeâtre bien visibles sur les élytres (première paires d’ailes cornées repliées au-dessus de l’abdomen). Le développement de l’oeuf à l’adulte s’effectue en 28 jours à 30 °C et à 14 % d’humidité. L’adulte peut voler et s’attaque à de nombreuses autres céréales que le riz. Le développement larvaire et la nymphose ont lieu à l’intérieur des grains.

Cycle vital du charançon du riz

Planche If - Cycle vital du charançon du riz (de gauche à droite) : œuf, larve, nymphe, adulte.

Petit perceur des céréales

Cet insecte est un ravageur important du blé dans les plaines des États‑Unis. L’adulte a le corps brun foncé et cylindrique et mesure 0,2 à 0,3 cm de longueur. La tête est invisible lorsque l’insecte est vu du dessus. Les adultes volent bien. Les larves forent des galeries dans les grains. Dans les grains chauds, le développement s’effectue en l’espace de 25 à 30 jours. Le petit perceur des céréales se rencontre occasionnellement dans le grain et a été capturé dans des pièges à phéromone en divers endroits des Prairies canadiennes et dans des silos portuaires à Vancouver et Thunder Bay. Toutefois, cet insecte est rarement observé dans le grain entreposé au Canada, et il est peu probable qu’il parvienne à survivre tout l’hiver dans les cellules agricoles dans l’ouest du Canada.

Ptine velu

Le ptine velu est essentiellement un ravageur de la farine de blé et des aliments pour animaux, mais il peut aussi infester le grain entreposé près de la surface. Les larves et les adultes sont armés de mandibules puissantes qui leur permettent de percer de gros trous irréguliers dans l’endosperme des grains. L’adulte mesure 0,35 cm de longueur et possède de longues pattes arachnéennes et de longues antennes filiformes. Cet insecte est univoltin (une seule génération par année). Souvent, trois ou quatre larves peuvent agglutiner cinq à huit grains pour former un amas à l’intérieur duquel elles se nourrissent et croissent pendant jusqu’à 5 mois. Par la suite, chacune se tisse une loge nymphale d’où émergera d’adulte

Le ténébrion meunier

Le ténébrion meunier (planche IIa) est le plus grand coléoptère vivant dans le grain entreposé, mais il n’est pas commun en milieu agricole. D’abord attiré par les aliments pour animaux, il peut ensuite infester les grains entreposés en train de se détériorer. L’adulte est noir et mesure environ 1,5 cm de longueur, tandis que la larve est jaune et mesure de 0,2 à 2,8 cm de longueur. Le ténébrion meunier préfère les endroits obscurs et humides dans les entrepôts ou les cellules d’entreposage d’aliments pour animaux. L’adulte vit plusieurs mois, tandis que la larve peut prendre un ou deux ans avant de se nymphoser lorsque les conditions sont défavorables. En raison de sa grosseur, il est facile à détecter et semble souvent plus abondant qu’il ne l’est en réalité. Sa présence est un signe de mauvaises conditions d’entreposage ou de déficience sannitaire.

Cycle vital du ténébrion meunier

planche IIa - Cycle vital du ténébrion meunier (de gauche à droite) : œufs, larve, nymphe, adulte.

Psocoptères

Les psocoptères sont légèrement plus gros qu’un ciron de la farine. Les adultes ont le corps mou et mesurent environ 1,0 mm de longueur. La tête est robuste et porte de longues antennes. Certaines espèces sont ailées et peuvent être confondues avec de petites mouches (figure 11c). La femelle pond une centaine d’œufs en trois semaines. Les individus issus de cette ponte atteignent l’âge adulte au cours de l’été. Le développement de l’oeuf à l’adulte s’effectue en environ 21 jours à 27 °C et à 13 % d’humidité. Certains adultes peuvent survivre 51 jours sans nourriture. La plupart des années, les psocoptères ne causent aucun problème grave, même s’ils peuvent se nourrir de grains endommagés et vivent dans le grain gourd ou humide. Parfois, sans raison apparente, ils forment des pullulations sur de vastes territoires, sans cependant causer de dommages importants aux récoltes entreposées. Ils cohabitent habituellement avec d’autres insectes ou des acariens plus destructeurs des céréales et oléagineux entreposés, se nourrissant souvent de leurs œufs.

Lépidoptères

Tableau 3 – Lépidoptères infestant les denrées entreposées au Canada - Partie 1
Nom vernaculaire Nom scientifique Coloration de l'adulte Longueur de l'adulte (mm) Antennes Capable de grimper sur une paroi en verre Capable de voler
Teigne des semences Hofmannophila pseudospretella Brun 8-11 Filiforme Oui Larve oui
Pyrale indienne de la farine Plodia interpunctella Crème et brun 8-10 Filiforme Oui Larve oui
Pyrale de la farine Pyralis farinalis Brun et havane 15-20 Filiforme Oui Larve oui
Pyrale méditerranéenne de la farine Ephestia kuehniella Gris et noir 10-15 Filiforme Oui Larve oui
  Endrosis sarcitrella Blanc 8-11 Filiforme Oui Larve oui
Tableau 3 – Lépidoptères infestant les denrées entreposées au Canada - Partie 2
Nom vernaculaire Nom scientifique Développement œuf-adulte le plus rapide Nourriture Présence dans l’est du Canada Présence dans l’ouest du Canada
Teigne des semences Hofmannophila pseudospretella 365 Produits céréaliers, marchandises sèches Oui Ports de la C.-B. seulement
Pyrale indienne de la farine Plodia interpunctella 25 Produits céréaliers, fruits secs, marchandises sèches Commun Commun
Pyrale de la farine Pyralis farinalis 42 Grains moisis, marchandises sèches Ports Ports
Pyrale méditerranéenne de la farine Ephestia kuehniella 30 Farine Rare Rare
  Endrosis sarcitrella 24 Produits céréaliers, marchandises sèches Ports Ports

Ces insectes nuisibles sont répandus dans le centre du Canada ainsi que sur les côtes est et ouest. Les lépidoptères ne se nourrissent pas à l’âge adulte, mais leurs larves (ou chenilles) sont pourvues de pièces buccales puissantes et causent des dommages superficiels importants au grain entreposé. Les basses températures hivernales neutralisent habituellement les infestations de lépidoptères, qui se trouvent principalement confinés aux couches superficielles des grains humides ou gourds plus susceptibles de s’échauffer.

Pyrale indienne de la farine

Ce papillon (planche 1d) est commun dans le centre du Canada où il infeste principalement le maïs et les aliments transformés destinés à la consommation humaine ou animale, ainsi que partout au pays dans les entrepôts et les magasins.

Pyrale de la farine

Modérément résistant au froid, cet insecte (planche IIIb et planche IIIc) peut hiberner dans les greniers de ferme non chauffés des Prairies et y prospérer au cours de la saison chaude. La pyrale de la farine se rencontre habituellement dans les poches de grain humide et moisi. Les larves ont la tête noire et le reste du corps crème et mesurent environ 2 cm de longueur à la fin du dernier stade. À l’aide d’une substance soyeuse, elles agglutinent les grains en amas. L’adulte a une envergure de 2,5 cm. Les ailes antérieures sont brun pâle avec des taches basales et apicales brun foncé. Chaque aile est traversée de deux bandes blanches sinueuses. En été, le cycle vital est bouclé en approximativement deux mois.

Teigne des semences, endrosis sarcitrella et pyrale méditerranéenne de la farine, ces lépidoptères (planche IIIa) se rencontrent fréquemment dans les silos portuaires sur les côtes est et ouest.

Cycle vital de la pyrale indienne de la farine

Planche Id - Cycle vital de la pyrale indienne de la farine (de gauche à droite) : œuf, larve, chrysalide, adulte.

Pyrale méditerranéenne de la farine

Planche IIIa - Pyrale méditerranéenne de la farine.

Pyrale de la farine (adulte)

Planche IIIb - Pyrale de la farine (adulte).

Pyrale de la farine (larve)

Planche IIIc - Pyrale de la farine (larve).

Acariens

Tableau 4 – Acariens infestant les denrées entreposées au Canada - Partie 1
Nom vernaculaire Nom scientifique Coloration de l'adulte Longueur de l'adulte (mm) Antennes Capable de grimper sur une paroi en verre Capable de voler
  Cheyletus eruditus Blanc 0,4-0,6 - oui non
Tarsonème des grains Tarsonemus granarius Orange, jaune 0,1-0,2 - oui non
Ciron de la farine Acarus siro Blanc, havane 0,3-0,6 - oui non
  Lepidoglyphus destructor Blanc 0,3-0,5 - oui non
Ciron des champignons Tyrophagus putrescentiae Blanc 0,3-0,5 - oui non
Tableau 4 – Acariens infestant les denrées entreposées au Canada - Partie 2
Nom vernaculaire Nom scientifique Développement œuf-adulte le plus rapide Nourriture Présence dans l’est du Canada Présence dans l’ouest du Canada
  Cheyletus eruditus 19 Acariens, œufs d’insectes Commun Commun
Tarsonème des grains Tarsonemus granarius 5 Moisissures Commun Commun
Ciron de la farine Acarus siro 14 Germe de grains de céréales Commun Commun
  Lepidoglyphus destructor 19 Céréales, moisissures Commun Common
Ciron des champignons Tyrophagus putrescentiae 9 Moisissures Commun Commun

Les acariens sont les plus petits des ravageurs des denrées entreposées. Bien qu’ils soient communs dans les grains présentant une teneur en eau de 14 à 17 %, ils passent inaperçus en raison de leur taille microscopique. Appartenant à la même classe que les araignées et les chilopodes, les acariens sont des créatures fragiles et difficiles à voir à l’oeil nu (figure 11 et figure 12). Contrairement à l’insecte adulte, qui possède une tête, un thorax et un abdomen bien démarqués et six pattes, l’acarien possède un corps en forme de sac portant huit pattes chez l’adulte, six chez la larve. Les acariens sont résistants au froid, et la plupart des espèces associées aux denrées entreposés se nourrissent de grains brisés, de semences de mauvaises herbes, d’impuretés et de moisissures et peuvent causer des infestations. Certains acariens, comme le Cheyletus eruditus, se nourrit d’individus de sa propre espèce, d’autres acariens ou d’œufs d’insectes et se reproduit dans les poches de grains gourds et humides de céréales et de canola. Environ huit espèces sont communes dans les entrepôts de ferme et les silos. Certaines espèces confèrent aux céréales et aux oléagineux une forte odeur de menthe. Le cycle évolutif des acariens comporte les étapes suivantes : oeuf, larve pourvue de six pattes, deux ou trois stades nymphaux pourvus de huit pattes et adulte pourvu de huit pattes. Certains acariens passent par un stade de développement mobile ou inactif au cours duquel ils ne s’alimentent pas (deutonymphes hypopes). Ils deviennent alors résistants aux basses températures hivernales, à la dessiccation, à la famine et à la plupart des fumigants. Ce stade peut se prolonger sur de longues périodes jusqu’à ce que les conditions redeviennent favorables.

Fig. 11 Images prises au microscope électronique à balayage

Cannibal mite

A – Cheyletus eruditus, acarien pourvu de fortes pièces buccales préhensiles

Grain mite

B – Ciron de la farine

Winged psocid

C – Psocoptère ailé à longues antennes

Fig. 12 Images prises au microscope électronique à balayage de certains acariens causant des dommages importants aux denrées entreposées

The grain mite   Warty grain mite

A – Ciron de la farine (gauche); B. Aeroglyphus robustus (droite);

Mould mite   Longhaired mite

C – Ciron des champignons (gauche); D – Lepidoglyphus destructor (droite);

glossy grain mite female viewed from above   glossy grain mite female viewed from the side

E – Tarsonème des grains femelle, vu d’en haut (gauche);

F – Tarsonème des grains femelle, vu de côté (la barre sur chaque photographie représente 0,1 mm) (droite)

Ciron de la farine

Cet acarien (figure 11B et figure 12A) s’attaque au germe (embryon) des graines, réduisant de ce fait leur faculté germinative, et propage divers champignons microscopiques (moisissures) dont il se nourrit également. Le grain gravement infesté est altéré et devient impropre à l’alimentation animale. Les bovins laitiers et d’autres animaux de la ferme peuvent souffrir de troubles gastriques et d’autres symptômes après avoir ingéré des aliments infestés. L’adulte mesure 0,3 à 0,6 mm de longueur, la femelle étant plus grosse que le mâle. Le corps est blanc perle à brun jaune, lisse et luisant, et son extrémité postérieure porte quatre longs poils. Les populations peuvent augmenter de 700 % en l’espace d’une semaine dans les céréales et oléagineux entreposés, particulièrement en automne. Les femelles peuvent pondre environ 500 œufs au cours de leur vie de 42 jours. À 20 °C et à 14 % d’humidité, le cycle vital de l’œuf à l’adulte est bouclé en 14 jours. Les adultes et tous les stades immatures, à l’exception de la deutonymphe hypope, périssent en l’espace d’environ une semaine lorsqu’ils sont exposés à la température de -18 °C. Les œufs peuvent survivre environ 12 jours à - 10 °C ou 2 à 3 mois à 0 °C.

Lepidoglyphus destructor

Cet acarien (figure 12D) est l’espèce la plus commune dans les denrées entreposées. Il est résistant au froid et peut vivre dans les céréales et oléagineux tant secs que gourds. Il se déplace rapidement par mouvements saccadés et se nourrit de grains brisés, de poussières de grains et de champignons microscopiques. L’adulte est blanc et mesure 0,3 à 0,5 mm de longueur. Il porte de nombreux poils raides plus longs que le corps. Dans les greniers de ferme, les infestations chroniques surviennent généralement entre juin et novembre. Cet acarien peut survivre plus de 7 jours à -18 °C.

Cheyletus eruditus

Cet acarien (figure 11A) se nourrit d’individus de sa propre espèce, de cirons de la farine, de Lepidoglyphus destructor et d’œufs et de larves d’insectes. Comme il n’est pas assez abondant pour éliminer les acariens ravageurs des céréales ou des oléagineux, il n’est pas très utile comme agent de lutte biologique contre les acariens granivores. Il a le corps en forme de losange, blanc avec une ligne longitudinale blanc crayeux s’étendant sur tout le corps, et il mesure 0,4 à 0,6 mm de longueur. La bouche est entourée d’appendices préhensiles en forme de pinces. Les pattes sont longues. Cet acarien est actif durant toute l’année dans les céréales entreposées, mais ses effectifs sont généralement modestes. Dans la plupart des céréales et oléagineux gourds, il peut se reproduire entre 12 et 27 °C.

Tarsonème des grains

Cet acarien mycophage (figure 12E,F) est fréquemment observé dans les vieux stocks de céréales et d’oléagineux entreposés à la ferme. En présence de conditions optimales (30 °C et humidité de 17 %), le développement de l’oeuf à l’adulte est bouclé en 7 jours. Comme il se nourrit de certaines moisissures, sa présence est le signe d’une dégradation du grain. L’adulte est blanc clair et mesure moins de 0,2 mm de longueur. Il peut survivre environ 17 jours lorsqu’il est exposé à une température de 30 °C et à une humidité relative de 90 %.

Moisissures de conservation

Ces organismes se présentent surtout sous la forme de spores dans le sol et dans la matière végétale en décomposition. Ces spores contaminent les céréales et les oléagineux en faibles nombres au moment de la récolte.

Quand le grain est peu humide, les moisissures de conservation sont habituellement inactives. Toutefois, lorsque l’humidité s’élève, comme dans le grain gourd, humide ou accidentellement mouillé, la germination des spores s’enclenche. Plusieurs espèces des genres Aspergillus et Penicillium se rencontrent sur les grains. Chaque espèce de moisissure exige des conditions d’humidité et de température particulières pour germer et croître et se développe selon une séquence définie. La première espèce décompose les substances nutritives du grain grâce à son activité enzymatique et produit ainsi l’humidité nécessaire à la germination des autres moisissures.

Les moisissures de conservation peuvent diminuer la qualité des céréales et des oléagineux en provoquant l’échauffement et la dégradation ou le tassement ou l’agglomération des grains, en réduisant leur faculté germinative et en produisant des mauvaises odeurs et des mycotoxines. Pour de plus amples renseignements sur les moisissures et leurs effets sur les denrées entreposées, consulter Storage of cereal grains and their products, 4e édition, chapitre 9 (Sauer, 1992). Les spores microscopiques des moisissures provoquent diverses affections humaines et animales, telle la maladie du poumon de fermier et des allergies.

Mycotoxines

Les mycotoxines sont des substances naturelles produites par les champignons qui sont toxiques pour les humains et la plupart des animaux de la ferme. Ces toxines sont présentes dans les aliments à base de grain pour animaux, les denrées alimentaires et les poussières. Les Aspergillus et Penicillium qui se développent dans les céréales entreposées commencent à en produire après huit semaines si les conditions de température et d’humidité sont favorables. Les mycotoxines sont présentes dans toutes les régions du Canada où l’on entrepose du grain.

Bien qu’elles soient extrêmement toxiques à l’état pur, les mycotoxines ne sont habituellement pas présentes dans le grain sec, à moins que ce dernier ait été mouillé accidentellement. Les trousses modernes de détection utilisant le principe du dosage immunoenzymatique permettent de détecter facilement la présence des mycotoxines, même lorsque celles-ci sont présentes en faibles concentrations (habituellement de l’ordre de quelques parties par million). Même à de telles concentrations, les mycotoxines présentes dans les aliments pour animaux peuvent présenter une menace pour la santé des animaux de ferme, réduire le rendement des élevages et provoquer une mortalité accrue. Les producteurs qui soupçonnent une intoxication par les mycotoxines devraient faire analyser des échantillons d’aliments pour animaux et consulter leur vétérinaire.

Les mycotoxines sont habituellement produites lorsque des grains de céréales entreposés sont contaminés par des moisissures des genres Penicillium et Aspergillus. Cette contamination peut résulter d’un entreposage incorrect ou d’une humidification accidentelle causée par un suintement ou la condensation. Des mycotoxines bien précises ont été identifiées lors d’essais d’entreposage sur du grain humide. La présence d’ochratoxine et de citrinine est habituellement décelée dans des lots de céréales contaminés par Penicillium, tandis que celle de la stérigmatocystine s’observe dans les lots gravement infestés par l’Aspergillus versicolor. Le risque que ces toxines soient produites à des concentrations potentiellement nocives pour le bétail dépend du type de culture :

  • risque faible : avoine, blé roux vitreux de printemps, blé à teneur moyenne en protéines, orge à deux rangs;
  • risque modéré : maïs, orge à six rangs, orge à grain nu;
  • risque élevé : blé ambré dur.

Bien que les aflatoxines soient des contaminants bien connus des céréales et des oléagineux en provenance des pays tropicaux et des États‑Unis, des enquêtes menées au Canada ont révélé que ces toxines ne sont pas présentes au pays.

Durant les étés pluvieux, d’autres moisissures peuvent causer des problèmes avant la récolte et l’entreposage. Des champignons du type Fusarium peuvent infecter le blé et l’orge sur pied et provoquer une maladie appelée fusariose de l’épi. Les plants atteints produisent des grains ratatinés blancs ou roses. La mycotoxine la plus fréquemment observée est le désoxynivalénol, mais d’autres mycotoxines plus puissantes produites par des Fusarium peuvent également être présentes. La détection du désoxynivalénol est facile avec les trousses modernes utilisant le principe du dosage immunoenzymatique. Le porc est affecté par la présence de seulement quelques parties par million de désoxynivalénol dans ses aliments, mais les autres animaux résistent remarquablement bien à cette mycotoxine. Les Fusarium réduisent également le rendement et la qualité des céréales et compromettent la valeur boulangère du blé et la qualité brassicole de l’orge, mais elles ont besoin d’une humidité très élevée pour croître et elles ne se développement généralement pas dans les récoltes entreposées. Pour de plus amples renseignements sur les mycotoxines, consulter Mycotoxins in agriculture and food safety (Sinha et Bhatnagar, 1998).