Prévenir l’ochratoxine A dans le grain entreposé

Toxicité de l’ochratoxine A

L’ochratoxine A est une mycotoxine pouvant entraîner des problèmes de santé, notamment des lésions rénales, chez les humains et les animaux. Une mycotoxine est une toxine produite par des champignons qui poussent dans certaines conditions. L'ochratoxine A peut se trouver dans les grains céréaliers et dans d’autres produits alimentaires, comme le café, les raisins et le porc. Il est crucial de garder le grain à l’abri de l’ochratoxine A afin de préserver la réputation du Canada en tant qu’exportateur de grain salubre de grande qualité.

Prévention de l’ochratoxine A

Vous pouvez prévenir l’ochratoxine A en ayant recours aux mêmes pratiques qui vous permettent de garder votre grain en bon état pendant l’entreposage : assurez-vous que la température et la teneur en eau soient basses, et ventilez fréquemment votre grain.

Quelle est la teneur en eau appropriée pour le grain que vous cultivez? Voici les caractéristiques énoncées dans notre Guide officiel du classement des grains pour le grain sec :

  • orge brassicole : teneur en eau maximale de 13,5 %
  • orge alimentaire à grains vêtus : teneur en eau maximale de 13,5 %
  • orge alimentaire à grains nus : teneur en eau maximale de 14 %
  • orge à des fins générales, à grains vêtus ou à grains nus : teneur en eau maximale de 14,8 %
  • blé (toutes les classes) : teneur en eau maximale de 14,5 %
  • avoine (toutes les classes) : teneur en eau maximale de 13,5 %

Conditions favorisant le développement de l’ochratoxine A

Au Canada, un champignon appelé Penicillium verrucosum produit l’ochratoxine A. Il se développe dans le grain entreposé lorsque la température et la teneur en eau sont supérieures à celles recommandées pour l’entreposage sûr du grain en question. L’ochratoxine A et le champignon qui la produit ne causent aucun dommage apparent au grain et ne peuvent être détectés lors de l'inspection visuelle.

Limites visant l’ochratoxine A dans le grain destiné à l’exportation

En ce qui concerne la concentration d’ochratoxine A dans le grain, la limite maximale permise est de seulement cinq parties par milliard pour de nombreux pays. Les acheteurs de grain canadien utilisent une technologie permettant de détecter une concentration d’ochratoxine A aussi faible.

Les données recueillies chaque année dans le cadre de notre programme de surveillance montrent que les niveaux d'ochratoxine A dans le grain canadien se trouvent généralement sous ces limites strictes acceptées à l'échelle internationale. La surveillance menée depuis plus de deux décennies a montré que les échantillons analysés affichent une concentration moyenne d’ochratoxine A inférieure à une partie par milliard.

Contactez-nous

Sheryl Tittlemier PhD
Gestionnaire de programme, Analyse de substances organiques à l’état de trace
Téléphone : 204-984-3456
Courriel : sheryl.tittlemier@grainscanada.gc.ca

Melonie Stoughton
Conseillère technique, HACCP
Téléphone : 204-983-3635
Courriel : melonie.stoughton@grainscanada.gc.ca

Liens pertinents

Date de modification :