Commission canadienne des grains
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Prévision de l'énergie de germination de l'orge brassicole durant un entreposage à long terme



Évaluation de diverses techniques instrumentales pour la détection et la mesure du degré de prégermination de l'orge

En l'absence de dormance, les variétés d'orge brassicole canadiennes ont tendance à prégermer au champ dans des conditions d'humidité prolongées lors de la récolte. Bien qu'une inspection visuelle de l'orge effectuée durant les processus de sélection puisse permettre de déceler les grains dont la germination est avancée, elle ne permet pas de déceler un début de germination. Le test de détermination de l'énergie de germination n'indique pas la prégermination chez l'orge. Les sélectionneurs et les évaluateurs de l'orge ne disposent pas d'un outil pratique leur permettant de prédire la quantité de grains d'orge sélectionnés au départ qui perdront de l'énergie de germination durant l'entreposage. Il est ainsi difficile de déterminer quelle quantité de grains il faut sélectionner au départ. Il est également décevant et coûteux pour les producteurs qui ont été avisés que leur orge a été sélectionné pour le maltage d'apprendre plus tard que leurs grains ne sont plus acceptables à cette fin. Il est donc clair qu'il faut trouver une méthode rapide et pratique de détection de la prégermination et de prévision de la durée d'entreposage sécuritaire pour l'orge brassicole.

La présente étude portait sur l'aptitude des techniques suivantes à déceler et à mesurer le degré de prégermination chez les variétés d'orge brassicole canadiennes : l'analyse rapide de la viscosité (RVA), l'analyse d'images, la réflexion dans le proche infrarouge (NIR) et la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier (FTIR).

Les résultats de l'étude indiquent qu'à l'heure actuelle, ni la NIR ni la FTIR ne sont des techniques fiables pour déceler et mesurer le degré de prégermination dans le grain d'orge.

Les résultats de l'étude indiquent que l'aspect du grain, déterminé par l'examen visuel ou l'analyse d'images, n'est pas lié à sa composition ou aux processus biochimiques qui se déroulent dans le grain. Par conséquent, l'évaluation de l'aspect du grain par l'une ou l'autre méthode ne peut pas, à l'heure actuelle et en l'état actuel de la technique, détecter et mesurer de façon fiable le degré de prégermination dans le grain d'orge.

L'étude a montré que l'analyse RVA est la technique à utiliser pour déceler la prégermination de l'orge. Comme on sait que l'un des signes de la prégermination est une teneur élevée en alpha amylase dans le grain et comme les paramètres de la RVA sont très sensibles à l'augmentation de la teneur des échantillons en alpha amylase, on a conclu que :

  • l'analyse RVA permet de déceler les signes de prégermination dans les échantillons d'orge;
  • l'analyse RVA permet de mesurer le degré de prégermination de l'orge en fonction de la teneur des échantillons en alpha amylase.

La mesure de l'énergie de germination (EG) après un vieillissement accéléré des échantillons d'orge a confirmé que :

  • les échantillons d'orge dont la viscosité finale (VF) mesurée par RVA est élevée au départ peuvent conserver une énergie de germination élevée (EG ≥ 95 %), même dans de piètres conditions d'entreposage.
  • les échantillons d'orge dont la VF mesurée par RVA est faible au départ ont tendance à perdre de la viabilité et présentent une faible EG (< 95 %) après une exposition ou un entreposage dans de piètres conditions.